Chaque jour chez Bouffées de plaisir nous poursuivons un but ultime : aider les fumeurs à arrêter la cigarette.

Aujourd’hui nous sommes vraiment très heureux de vous partager ce témoignage spontané de Laurent, 46 ans, qui a testé La Cij’ après 30 ans de cigarette et qui a tenu à nous envoyer ce message. Il vous est livré brut et sans commentaire de notre part. Merci encore à Laurent et tous les témoignages que nous recevons au quotidien.

J’ai décidé d’arrêter de fumer

J’ai 46 ans depuis le 4 octobre. Je m’étais souvent dit ces dernières années que j’arrêterais bien de fumer à 45 ans (j’ai commencé à la fac, avec mes salaires de pion). Le 27 octobre 2017, j’ai décidé d’arrêter de fumer, un peu en retard sur mes bonnes résolutions, mais est il jamais trop tard pour bien faire ?

Cette fois, pas de cigarette électronique. Pour de vrai. Je pense qu’il n’y a pas d’addiction à la nicotine, on se tord pas de douleur comme lors d’un sevrage aux drogues dures (je l’ai lu hein, je ne parle pas d’expérience :-)). Donc pas de patch. Par contre il y a plein de moments liés à la cigarette : je bois un café, une bière… et changer d’habitudes est compliqué.

J’aime le geste, l’inhalation, etc.

J’aime le geste, l’inhalation, etc. d’où l’intérêt d’un objet transitionnel de substitution. Peut être que ça aurait marché avec une allumette, un cure dent, un bâton de réglisse ou des Pierrot Gourmand ; je trouvais votre concept intéressant alors ok pour la Cij’.

Votre Cij’ m’occupe les mains et les lèvres

Effectivement votre Cij’ m’occupe les mains et les lèvres quand il faut, et me permet de continuer à côtoyer des fumeurs (qui me font parfois très envie !) sans me sentir tout a fait misérable ! Ça doit être beaucoup plus facile d’arrêter le diabolo menthe que la cigarette : vos amis ne vous en proposent pas à tout bout de champ, les gens n’en boivent pas en marchant dans la rue…

Aujourd’hui, il faut être cadre sup’ pour fumer

Alors bien sûr si je gagne la partie à la fin je n’aurai plus besoin de vos Cij’ non plus. Tant que j’estime en avoir besoin, je préfère dépenser un peu d’argent chez vous plutôt que continuer à engraisser l’Etat qui me fait la morale mais, a besoin de mon argent. J’ai bien un peu de peine pour mon buraliste préféré, mais je continue à lui acheter de la presse.

Sociologiquement, c’est intéressant, vous pouvez retrouver ça dans les vieux films : dans le temps, le bistrot et la clope étaient des plaisirs ouvriers. Aujourd’hui il faut être cadre sup’ pour fumer et payer une tournée sans devoir prendre un crédit ! Marre d’être pris pour un c…

Déjà 4 mois sans fumer !

Tout ça pour dire que grâce à vous j’en suis déjà à 4 mois révolus, et que, plus généralement votre invention comble un besoin qui était bien réel à mon avis.
Bravo et merci !

Laurent F.

Bravo Laurent

Cher Laurent, nous sommes véritablement ravi que vous ayez pu accompagner votre sevrage tabagique grâce à la Cij’. Vous avez raison, la victoire ne sera que complète quand vous n’aurez plus besoin de la Cij’ non plus et que vous résisterez à toutes les tentations. Mais après tout, cela est véritablement sans danger…

Vous n’avez pas choisi la facilité car la dépendance à la nicotine existe bel et bien (oui, c’est malgré tout scientifique). Selon chacun la difficulté peut être beaucoup plus grande qu’il n’y paraît. Pour cela bravo même si vous n’avez pas suivi la même route que tout le monde.

Bravo à vous et bonne continuation. Que votre témoignage soit un encouragement pour tous les fumeurs qui hésitent encore et qui pensent que cela sera trop compliqué.

Fumer tue aussi la planète !

You must be logged in to post a comment.