fausses croyances tabac

Enfumer les fumeurs, c’est trop facile ! Le 31 mai 2016 aura lieu la journée mondiale sans tabac ? Soufflons un peu sur l’écran de fumée…

Le Docteur Jean-Noël Dubois, médecin tabacologue près de Tours, vous alerte sur quatre fausses croyances et autres stratégies qui maintiennent les fumeurs dans leur addiction, au lieu de les aider activement à récupérer le contrôle pour quitter définitivement le tabac.

C’est dangereux de fumer avec un patch, on peut en mourir : FAUX !

Vieille légende urbaine orchestrée par ceux qui ont intérêt à voir le nombre de fumeurs se maintenir, sans fondement scientifique, sans recueil de ce type de la part des centres de pharmacovigilance, elle interdit une voie royale et confortable permettant de quitter le tabac en limitant au minimum les effets secondaires liés au manque de nicotine, irritabilité, fringales, troubles de concentration, forte envie de fumer.

La vérité physiologique, c’est que chaque fumeur s’administre quotidiennement une dose extrêmement précise de nicotine qui est toujours identique quelles que soient les variations du nombre de cigarettes fumées. Le centre de régulation interne va moduler le volume de fumée inspirée, et le nombre de bouffées par cigarettes pour stabiliser les approvisionnements et remplir les réservoirs sans les faire déborder.

Exemple : Si un fumeur dépendant consomme 75 milligrammes de nicotine par jour, il pourra sans difficulté poser deux patchs à 25 milligrammes et fumer en complément les cigarettes qui lui permettent d’apporter les 25 milligrammes manquants.

Le nombre de cigarettes fumées pour cette personne sur une journée va diminuer et l’intensité des inspirations va également diminuer car son corps ne cherchera pas à mettre plus de 75 milligrammes aux risques de ressentir une gène, une perte d’appétit, des nausées et des vertiges qui signaleront un apport trop important en nicotine et limiteront l’usage des cigarettes. 

C’est surtout grâce au paquet neutre que l’Australie limite le nombre de fumeurs : FAUX !

C’est bien de vouloir copier l’Australie qui obtient actuellement de très bons résultats dans la limitation du tabagisme, c’est dommage d’utiliser uniquement la stratégie accessoire sans mettre en place la stratégie principale dont l’efficacité sur la limitation des fumeurs a toujours été manifeste.

Le paquet de cigarettes est actuellement à 14 euros en Australie (7 euros en France), les augmentations de prix supérieures à 10 % font reculer de 10 % le nombre de fumeurs, ce fut le cas en 2002 avec le plan cancer, et depuis, toutes les augmentations du prix des cigarettes se sont limitées à 6% ce qui n’a pas d’impact sur le nombre de fumeurs. L’Australie a même annoncé très récemment vouloir interdire la vente aux personnes nées après 2001 !

A votre avis pourquoi fume-t-on moins en Australie ? Surtout grâce au paquet neutre ?

La cigarette électronique a permis une réduction significative du nombre de fumeurs en France : FAUX !

La cigarette électronique arrive en France en 2007 et a surtout vu son essor sur les 5 dernières années. Le baromètre santé du BEH nous montre l’apparition d’une nouvelle addiction à la cigarette électronique sans obtenir de chiffres significatifs sur la réduction du nombre de fumeurs en France.

Le nombre de vapoteurs augmente, le nombre de fumeurs ne diminue pas.

Regardons l’évolution des bulletins épidémiologiques hebdomadaires publiés à l’occasion des journées mondiales sans tabac à la fin du mois de mai :

  • En 2000, la prévalence du tabagisme concerne 33 % de la population française.
  • En 2006, la prévalence du tabagisme concerne 30 % de la population française.
  • En 2015, la prévalence du tabagisme concerne 34 % de la population française.

Nous attendons avec impatience les chiffres pour mai 2016. Cette année, comme les autres années, le ministère de la santé fixe comme objectif une réduction de 10 % du tabagisme dans les trois ans à venir.

À votre avis les mesures mises en place permettent-elles d’aider efficacement les fumeurs qui souhaitent arrêter ?

Conclusion : arrêtons de nous faire enfumer !

Le carnage sanitaire et financier se poursuit. Le changement est non seulement souhaitable mais nécessaire. La liste des incohérences est plus longue que ces quelques exemples.

Je travaille pour offrir la mise en place d’une méthode accessible à tous, prenant en compte les particularités individuelles, et au moins cinq des composantes de l’addiction.

Je travaille pour que les fumeurs arrêtent de se faire enfumer au propre et au figuré et pour offrir aux fumeurs un outil afin qu’ils soient autonomes dans l’apprentissage de leur liberté retrouvée.

Merci à vous qui saurez vérifier puis diffuser les informations dont je vous fais part.

Bien chaleureusement,
Docteur Jean-Noël DUBOIS

Arrêter de fumer en jouant avec Smokitten
Interdiction de vapoter dans les lieux publics : l'avis des professionnels

You must be logged in to post a comment.