vapotage lieux publics

Ces dernières années, l’e-cigarette n’a cessé de prouver sa popularité croissante dans l’hexagone. Aujourd’hui, on estime que plus d’un million de Français pratiquent le vapotage de façon quotidienne. Les professionnels de la santé et l’état ne sont toutefois pas toujours d’accord sur ce substitut tabagique.

L’attrait évident de la population pour la cigarette électronique s’explique par le fait qu’elle est présentée et envisagée, tout particulièrement par les fumeurs ou anciens fumeurs, comme un outil aidant à l’arrêt du tabac, une alternative ou un complément aux méthodes déjà existantes telles que les patchs nicotiniques.

Malgré les côtés positifs apparents de l’e-cigarette, le Haut Conseil de la Santé Publique préconise désormais d’interdire le vapotage dans tous les lieux publics. Le HCPS souhaite en effet que l’interdiction de la cigarette électronique soit étendue à « tous les lieux affectés à un usage collectif ».

La nouvelle loi de santé adoptée en décembre 2015 prévoit que d’ici à la fin du mois de mars 2016, il ne soit plus possible de vapoter dans les établissements scolaires ou tout autre type d’établissements accueillant des mineurs, ainsi que dans tous « les lieux de travail fermés et couverts à usage collectif ». Cette nouvelle recommandation du HCPS va donc plus loin que la loi de santé, car il espère pouvoir faire étendre cette interdiction à tous les lieux publics, intégrant ainsi les bars, les restaurants ou encore les boîtes de nuit, qui n’étaient jusque là pas concernés. Le Haut Conseil de la Santé Publique veut bien entendu voir maintenues les interdictions de publicité et de vente déjà prévues par la loi.

Les professionnels divisés sur le vapotage

Pourtant, de nombreux professionnels de la santé vont aujourd’hui dans le sens de l’e-cigarette en lui reconnaissant des bienfaits évidents. Pour beaucoup d’entre eux, le vapotage constitue un outil productif d’arrêt du tabac qui doit être intégré dans les stratégies de sevrage. Dans son rapport, le HCPS indique que les travaux scientifiques conduits jusqu’alors sur la question du vapotage « ne démontrent pas de supériorité radicale de la cigarette électronique, nicotinée ou non » par rapport à d’autres méthodes de sevrage tabagique. En revanche, il soulève que les opinions des professionnels de la santé sont « très favorables » à l’e-cigarette.

La Fivape, Fédération Interprofessionnelle de la Vape, considère quant à elle que ces préconisations du Haut Conseil auront pour effet néfaste de laisser croire que la cigarette électronique et le tabac sont assimilables et présentent les mêmes dangers.

Source image : slate.fr

3 fausses croyances sur la lutte anti-tabac
Le paquet de cigarettes neutre sera pour mai 2016

You must be logged in to post a comment.